Covid 19: les déplacements, cas pratiques

La période de confinement décidée par le Président de la République bouscule nos habitudes de vie dans le but essentiel d’assurer la santé de toutes et tous.

Depuis mardi, nous recevons de nombreux appels relatifs aux déplacements dérogatoires autorisés par le Ministre de l’Intérieur.

Le confinement est la règle absolue. Elle doit le rester et être comprise de chacun.e dans un but sanitaire évident. Rester chez soi, c’est sauver des vies : la vôtre, celle de vos proches et celle des personnels de secours et de santé.

En accord avec le commandant de brigade de gendarmerie de Mordelles, et dans le respect des décisions ministérielles, nous souhaitons vous éclairer sur les règles à respecter. A ce jour, il y a malheureusement encore trop d’abus qui vont être sanctionnés.

Lors de vos déplacements dérogatoires vous devez avoir l’attestation papier avec vous et non sur votre smartphone. Celle-ci est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur ou en cliquant ici.

La mairie ne délivre pas ces attestations. Elles peuvent être rédigées sur papier libre.

1) Pour se rendre au travail si celui-ci perdure et/ou est prioritaire et que le télétravail n’est pas possible. Voir avec votre employeur qui a été informé par les autorités compétentes.

2) Pour les achats de produits de première nécessité, vous devez aller aux magasins les plus proches de chez vous. (y compris pour les « Drive »). Vos commerçants autorisés et maraîchers locaux vous accueillent.

3) Déplacements pour motif de santé urgents.

4) Déplacements pour motifs familiaux impérieux.

5) Le dernier cas de dérogation pose le plus de questions sur son interprétation, il prévoit:

« Déplacements brefs, à proximité du domicile, lié à l’activité physique individuelle des personnes, aux besoins des animaux de compagnie, et à l’exclusion de toute pratique sportive collective. »

Nous sommes dans la notion de la nécessité de s’aérer, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile.

La notion “de besoins des animaux” veut dire qu’il est possible de promener seul.e son animal de compagnie tenu en laisse, en ramassant ses excréments (sac congélation par exemple).

Enfin beaucoup de concitoyen.ne.s nous interpellent sur la possibilité de sortir avec leurs enfants à un moment de la journée. Ce cas n’étant pas explicitement prévu, voici la position locale. Les enfants doivent se trouver à coté de leurs parents pour éviter d’approcher involontairement d’autres passants. Si plusieurs groupes habitant une même rue se trouvent à l’extérieur au même moment, ils doivent se croiser à une distance minimum de 2 mètres et ne pas s’arrêter pour discuter afin d’éviter les attroupements.

Ces mesures, aussi contraignantes soient elles, sont impératives et doivent être strictement respectées par chacun.e. Le gouvernement s’apprête à instaurer un état d’urgence sanitaire, nous ne manquerons pas de vous éclairer sur les conséquences d’une telle décision.

Un durcissement des sanctions pour violation des mesures de confinement est entré en vigueur le 24 mars. À l’amende forfaitaire de 135 € (avec possible majoration de 375 €), qu’encourt tout.e contrevenant.e, s’ajoutent désormais de nouvelles peines en cas de récidive :
• deux fois dans un délai de 15 jours : 1 500 € d’amende
• à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours : délit puni de 6 mois
d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende.
Désormais, outre les forces de l’ordre, les policiers municipaux et les gardes champêtres sont également habilités à sanctionner ces comportements.

Depuis le 17 mars, plus de 50 000 contrôles ont été effectués et 1 000 personnes ont été verbalisées dans le département.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×